Mémoire musculaire : info ou intox ?

mémoire musculaire femmeEst-ce que la mémoire musculaire existe ?

Est-elle uniquement le fruit de la justification d’un arrêt sportif ?

Si la mémoire musculaire existe vraiment, comment marche-t-elle ?

La mémoire musculaire est sujet à énormément de débats.

Pas mal de pratiquants justifient la mémoire musculaire par leur propre expérience.

Mais pour prouver définitivement l’existence de quelque chose, vous n’avez qu’une seule option…

…Avoir recours à la science.

Or, lorsque vous demandez une explication scientifique à ces pratiquants, vous n’obtenez rien de concret.

Il est donc légitime de douter de la véracité de la mémoire musculaire.

Vous voyez ce que je veux dire, n’est-ce pas ?

Ceci dit, ce que racontent la plupart des pratiquants n’est pas spécialement erroné.

Au cours de vos années d’entrainements, vous avez probablement eu l’expérience suivante :

Lorsque vous arrêtez la musculation pendant quelques semaines et que vous reprenez par la suite, vous avez tendance à reprendre bien plus vite.

progresser sport femmeQue ce soit en force ou en masse.

Ce n’est pas votre cerveau qui vous joue des tours.

Il s’agit d’un fait réel.

La mémoire musculaire existerait bel et bien.

Maintenant, il va falloir le prouver.

Ce qui nous amène à nous poser la question suivante :

Que se passe-t-il vraiment dans notre corps ?

Pour être honnête avec vous, l’explication scientifique est un chouia complexe.

Vous devez vous armer de courage pour bien comprendre le raisonnement.

Ne vous inquiétez pas, si vous décrochez, je vous ferai un petit récapitulatif pour que vous puissiez comprendre quand même.

Mais avant tout, commençons par une analyse rapide du sujet :

Lorsque vous reprenez la musculation, vous reprenez de la force et de la masse plus rapidement.

Vous êtes bien d’accord pour dire que l’un ne va pas sans l’autre (dans ce cas) ?

Figurez-vous que dans votre corps, le processus de reprise de force est indépendant du processus de reprise de masse.

Vous l’aurez compris, il va falloir les expliquer distinctivement, je vais commencer par :

A) La force

Pour comprendre comment est-ce qu’on reprend de la force, il faut savoir déjà comment elle se gagne.

Je suppose que vous ne vous êtes jamais vraiment posé la question, n’est-ce pas ?

Les petits malins me répondront : en poussant très lourd.

mémoire musculaire forceCe qui est une bonne réponse pratique, mais intéressons-nous plutôt à la théorie.

Pour se contracter, votre muscle reçoit un ordre sous forme d’impulsion électrique.

Cet impulsion émane du système nerveux central (CNS), entre autre le cerveau et la moelle épinière.

Elle transite du CNS par les moto-neurones (qui innervent les fibres musculaires) pour arriver jusqu’au muscle.

L’ensemble du moto-neurone et des fibres musculaires s’appelle l’unité motrice.

C’est ainsi que vous pouvez bouger votre bras ou votre jambe.

Jusque-là tout va bien ! Mais ça ne répond pas vraiment à la question de départ.

Ne vous inquiétez pas, on y vient.

Pour gagner en force, il faut utiliser le plus d’unités motrices en coordination.

Il faut donc deux améliorer ces deux facteurs clefs : nombre et coordination.

Lors d’un effort maximal, votre CNS utilise à peine de 50% à 70% d’unités motrices.

Pour l’obliger à utiliser plus, vous le soumettez à un effort très intense (soulever lourd).

cerveau et nerfs mémoire musculaireLorsque vous gagnez de la force, votre CNS apprend à mieux utiliser le potentiel de vos muscles.

C’est comme ça que vous pouvez soulever plus lourd sans gagner de la masse.

L’histoire de la reprise de force parait maintenant un peu plus évidente.

Je vais vous donner un exemple très facile pour comprendre :

Le vélo, ça ne s’oublie pas, vous vous remettez rapidement en selle, vous êtes bien d’accord ?

Eh bien là c’est pareil, votre CNS n’a pas oublié comment mieux utiliser vos muscles.

Bien évidemment, si vous avez arrêté le vélo pendant 10 ans, vous aurez plus de mal que si vous avez arrêté pendant 10 mois.

Pour la force, c’est pareil.

B) La masse

Avant de commencer, revenons au BABA de la prise de muscle.

Suite à un effort intense, le muscle se contracte, causant des micros déchirures dans les fibres musculaires.

Lorsque vous vous reposez, votre muscle est réparé et c’est ainsi qu’il grossit.

En tout cas, c’est la simplification la plus répandue dans la musculation.

En réalité et pour rester simple, de nouveaux noyaux s’ajoutent aux cellules des fibres musculaires.

musculation homme mémoire musculairePlus vous vous entrainez, plus les cellules se multiplient et grossissent.

Résultat, vos muscles grossissent.

Maintenant, que se passe-t-il lorsque vous arrêtez la musculation ?

Vous allez probablement me dire que visuellement vous perdez du muscle.

Je suis bien d’accord avec vous, mais physiologiquement, que se passe-t-il vraiment ?

Et bien, c’est tout là le secret de la mémoire musculaire.

Le mécanisme de la mémoire musculaire :

Reprenons là où on s’est arrêté, c’est-à-dire à « la perte de muscle ».

Les premières théories expliquant cette fonte musculaire étaient en relation avec le phénomène de l’apoptose.

L’apoptose est le processus par lequel des cellules déclenchent leurs autodestructions en réponse à un signal.

En gros, les nouvelles cellules durement acquises pendant des semaines meurent tout bêtement.

L’explication est plutôt logique puisque le muscle perd de son volume.

Du moins, elle l’était à l’époque.

Actuellement, ces explications sont complètement obsolètes.

J’irais même jusqu’à dire qu’elles sont erronées.

mémoire musculaire repriseLes nouveaux noyaux ne meurent pas par apoptose.

D’ailleurs, il a été prouvé que ces noyaux ne mouraient jamais, quelle que soit la durée de votre arrêt.

Les cellules rétrécissent mais les noyaux ne disparaissent jamais.

Et c’est ce qui expliquerait la rapidité de la reprise de muscle.

Plus précisément, la phase de créations puis d’ajouts de nouveaux noyaux est déjà réalisée.

Il est donc normal d’embrayer directement sur la phase croissance.

Les nouveaux noyaux finissent par prendre leurs tailles initiales avant l’arrêt de la musculation.

C’est le phénomène de la mémoire musculaire.

Mémoire musculaire – le mot de fin :

Encore une fois, le corps humain nous épate avec ses facultés.

Grâce à la mémoire musculaire, faire du sport devient une partie de votre « CV ».

Ce n’est pas parce que vous avez arrêté que tout ce que vous avez fait est vain.

Loin de là !

Avoir fait du sport à un moment de votre vie devient valorisable biologiquement.

D’ailleurs, certains scientifiques voient en la mémoire musculaire une révolution.

En faisant du sport pendant votre jeunesse, vous « remplissez » vos muscles de noyaux valorisables.

Ces noyaux « dormants » vous serviront lorsque vous prendrez de l’âge et serez confronté à :

  • Une baisse de testostérone
  • Des problèmes de perte de masse musculaire

La mémoire musculaire est vraiment le meilleur ami du sportif et de l’homme en général.

Conclusion : faites du sport tant que vous êtes jeune.

Maintenant, pour que vous puissiez passer à la vitesse supérieure et obtenir des résultats rapidement, vous devez savoir où vous en êtes.

Car suivant que vous appartenez à une catégorie de personnes ou à une autre (suivant le sexe, l’âge, la morphologie…), vous ne devrez pas travailler de la même façon.

C’est pourquoi nous vous avons préparé un petit questionnaire à remplir pour que vous puissiez identifier quels sont les points que vous avez à travailler.

C’est tout simple : vous cliquez sur les cases qui vous correspondent le plus, et vous découvrez les points que vous devez travailler en priorité pour atteindre vos objectifs.

Tout est là :

Quel est mon type de physique et comment progresser rapidement ?

Une fois que vous saurez par où commencer, vous pourrez passer à l’action pour de bon…

Pour un corps attirant et sexy, tout en profitant de la vie 🙂

Share

À propos de l'auteur

Passionné de musculation, je la pratique plusieurs fois par semaine depuis plus de 7 ans. C'est avec plaisir que je partage avec vous tout ce que j'ai pu apprendre au cours de mon parcours.
Top